Le regard (informé) de Pierre Conesa sur l’Arabie Saoudite

Moment de vérité sur l’Arabie Soudite. Pierre Conesa est un retraité de la DGSE (il ne le dit pas, mais on le subodore), très informé sur la question. Pourquoi vend-on des armes à ce pays ? Sommes nous à ce point dénués de morale ? Jusqu’à quel stade de l’aveuglement sommes nous prêts à aller pour la défense de « nos intérêts ».

Et d’ailleurs, quels sont-ils exactement, « nos intérêts » ? quelques milliards de plus au bilan des comptes de nos entreprises d’armement ?

Ne serait-il pas temps de réanalyser tout cela, tout ce qui au nom de la « croissance », permet de justifier à peu près n’importe quoi ? Cherchons plutôt, dès que possible, au sein de l’activité économique, ce qui fait réellement partie de « nos intérêts » !

Artistes courageux, dans les médias de l’ultra-libéralisme ! (1)

Magnifique Yvan Lebolloc’h !

Yvan Le bolloc'h : L'interview énervante

Une bouffée d'air frais, c'est pas commun d'entendre des artistes dire ça. Les journeleux aux ordres devant lui comme d'habitude à lui demander de condamner, et lui qui ne peut que soupirer en réponse et dire des évidences qu'ils sont incapables de comprendre…

Publiée par JOJO le Gilet Jaune sur Vendredi 30 août 2019

Digne de figurer dans le top-10 des moments de vérité !

Vincent Rey
findutravail.net

Cachez ce capitalisme publicitaire que je ne saurais voir (2) : obésité

« 18 % des adolescents en classe de troisième sont en surcharge pondérale et 5 % sont obèses » selon cette étude de la Drees, qui poursuit ainsi :

« Entre 2009 et 2017, les prévalences de la surcharge pondérale et de l’obésité sont en hausse, en particulier pour les filles (de 17 % en 2009 à 20 % en 2017). »

L’étude montre aussi que l’on est plus exposé si on est ouvrier que si on est cadre, comme le montre le graphique ci-dessous. L’étude ne prévoit pas une catégorie « chômeurs », qui entrent certainement dans la catégorie des ouvriers, à moins qu’ils n’existent pas !.

Nous suivons le chemin des américains, et il nous faudrait accepter cela comme une FATALITÉ, malgré tout le malheur que cela augure pour ces enfants ! En ne s’interrogeant pas sur le « pourquoi » de ces tendances, on laisse penser qu’il n’y a aucun responsable, et que rien ne doit entraver le « libre arbitre » des adolescents. Les publicitaires eux, savent très bien manipuler les pulsions des adolescents, pour orienter leur « libre arbitre » !

Alors que faire, mieux éduquer les ados (5 fruits et légumes) ? Mais quel serait le rapport de force, entre l’influence massive des publicitaires à la télévision, et celle d’actions d’éducation sur le sujet, prises en charge par le contribuable ?

Cachez ce capitalisme publicitaire que je ne saurais voir ! Outre la détresse humaine qui touchera ces futurs adultes, c’est bien également le contribuable qui prendra en charge les suites de l’épidémie.

Vincent Rey
findutravail.net

Voir aussi : cachez ce capitalisme que je ne saurais voir (1) : égalité homme-femme

UN AN après la démission fracassante de N. Hulot, avons-nous avancé ?

Voici ce que j’écrivais, une semaine après la démission de N. Hulot. A vous de juger.

Démission de Nicolas Hulot : la question que nous ne devrions pas cesser de discuter.

La démission spontanée de Nicolas Hulot(0) pose une question fondamentale : NOTRE SYSTEME ECONOMIQUE EST-IL COMPATIBLE AVEC LA SURVIE DE L’ESPECE, une question dont nous ne devrions pas cesser de discuter.
Continuer la lecture de UN AN après la démission fracassante de N. Hulot, avons-nous avancé ?

Angers : Géant Casino invente la concurrence à la production de chômeurs

Et voila, un premier hyper sans personnel sera ouvert le dimanche, à Angers. Il s’agit d’un Géant Casino.

Astucieuse, la combine de Géant Casino ! La loi interdit de faire travailler les personnes le dimanche, bien ! mais si personne ne travaille plus dans le magasin, c’est légal ! On appelle ça un « nouveau service », destiné à « satisfaire nos clients », et hop le tour est joué !

Lire cet article du Parisien

Ensuite qu’est ce qui va se passer ?

Eh bien c’est assez simple à comprendre : Géant Casino en économisant 1 jour sur 7 de charge salariale (pour l’instant le magasin ne sera ouvert sans personnel que le dimanche), va pouvoir décaler la concurrence en étant moins cher. Et donc que va faire la concurrence ? Exactement la même chose. Puis le processus va s’amplifier, ce sera le premier qui proposera 2 jours sans personnel, puis 3, 4, puis 7.

Que feront alors les milliers de caissières mises au chômage, ou les gens qui auraient pu prendre ces emplois dans le futur ? Eh bien peut-être que certains se laisseront tenter pour aller braconner du bois de rose (4000 euros le tronc, très prisé des chinois), à moins qu’il ne se dirigent vers le Botswana, pour aller braconner de la corne de rhinocéros. Plus vraisemblablement, ils iront rejoindre les banlieues urbaines dégradées, et grossir l’activité de divers traffics dans l’économie parallèle.

Supprimons tous les jobs à la cons (et le job de caissière doit en faire partie), puisque la preuve est faite que c’est possible techniquement. Mais ne laissons pas la catastrophe sociale se produire, organisons parallèlement la gratuité sur l’essentiel !

Nous ne sommes qu’AU DÉBUT DU PROCESSUS DE LA DISPARITION DES EMPLOIS. Plusieurs rapports très sérieux concordent : près d’un emploi sur 2 existant sera menacé par la technologie (1)(2) dans les 20 ans.

Comment na pas voir que cela va rejeter toute une partie de la population à la marge ? Délocalisation, logiciellisation, robotisation, ont déjà fait passer la part de l’industrie dans le PIB français de 30 à 10% ! Et ce ne sont pas des « start’ups » qui pourront inverser la tendance ! La plupart du temps, elle ne font leur marge qu’en économisant ou en rationalisant du travail humain !

Résignons-nous à cela, et nous allons assurément vers le monde merveilleux d’Elysium !!!

Vincent Rey
findutravail.net

(1) « According to our estimates, about 47 percent of total US employment is at risk » dit cette étude d’Oxford University. (traduction : Selon nos estimations, 47% de l’emploi total américain est en risque »).

(2) Pour S. Scarpetta, directeur de l’Emploi, du Travail et des Affaires sociales à l’OCDE 50% des emplois français actuels auront disparus ou seront fortement impactés d’ici à 2040

Laurent Alexandre, lanceur d’alerte, ou promoteur d’un transhumanisme européen ?

On ne sait que penser de Laurent Alexandre. Est-il un promoteur du transhumanisme, qui appelle désespérément à ce qu’on consacre les même moyens que les GAFAM à ces technologies ? Ou bien est-il un lanceur l’alerte cynique et provocant, nous alertant sur la venue d’un « nazisme technologique », sous la forme d’ « ubermenschen » vivant 1000 ans, régnant sur une plèbe qui aura trop tardé à le comprendre pour s’y opposer à temps ?

Son message principal est le suivant : « A l’ère du capitalisme cognitif, la démocratie ne peut pas survivre si nous maintenons des inégalités intellectuelles aussi fortes qu’aujourd’hui »… Que veut-il dire exactement par « la démocratie ne peut pas survivre », en quoi ces technologies pourraient-elle menacer notre système politique ? Parlerait-il par hasard d’Egalité ? L’Egalité ne pourrait pas survivre ? Veut-il dire par là, que ces transhumains constitueraient alors une nouvelle noblesse, tandis que le peuple devenu inutile, retrouverait l’état de servage ?

On peut critiquer l’utilisation qu’il fait des « Gilets Jaunes » dans sa démonstration, mais donnons lui pour le moment l’excuse de vouloir « secouer » son auditoire, pour montrer l’URGENCE qu’il y a de porter un regard lucide sur le transhumanisme, et la RÉVOLUTION ÉTIQUE qu’il va inévitablement imposer.

J. Alexandre marque un point lorsqu’il dit que dans le contexte capitaliste qui est le nôtre, l’émergence de ces technologies destinées à améliorer l’Homme n’est pas une bonne nouvelle, et que nous devrons peut-être nous y opposer militairement, comme il l’évoque à un moment de son intervention. C’est un « tsunami » technologique qui va nous tomber dessus, une contre-révolution high-tech et insidieuse qui ne nous laissera aucune chance, si nous la laissons progresser.

Une chose difficile à réaliser pour le « commun des mortels » d’aujourd’hui, est que si l’on avait voulu s’opposer au chemin de fer en 1830, il était facile de détruire les rails, pour mettre ainsi fin au projet. Pour contrer l’existence d’hommes « augmentés » possiblement dépourvus d’une existence physique matérielle localisée, cela peut devenir difficile, voire impossible pour un Etat ne disposant pas des mêmes technologies (1). On se donne l’impression de confondre la vraie vie avec les pires films de science fiction quand on évoque ces sujets (Elysium, ou Terminator), mais ces technologies progressent très vite aux USA et en Chine. D’ores et déjà, comme l’évoque Paul Jorion dans cette vidéo, l’intelligence artificielle est utilisée en Chine pour « améliorer » les petits chinois, en optimisant leur processus d’assimilation. Qu’en sera-t-il alors dans quelques dizaines d’années ? Et l’Europe, comme le dit L. Alexandre, reste aux abonnés absents…

Ce n’est peut-être pas une mauvaise chose, car dans le contexte de « capitalisme cognitif » qu’il évoque, on sait déjà qui détient les capitaux en mesure de financer ces technologies. Et à voir la violence avec laquelle l’oligarchie française (par l’intermédiaire de son bras armé, E. Macron et son gouvernement) a réprimé la révolte des Gilets Jaunes, on aurait certainement tout à craindre de technologies, accroissant encore la domination de cette oligarchie. Dans cette perspective, un capitalisme transhumaniste serait certainement pire qu’un transhumanisme d’Etat à la chinoise (J’ai l’impression en écrivant ces lignes que je délire complètement, mais non !). Et la proposition grotesque de J. Alexandre (est-il sérieux ?) d’ « augmenter » le Quotient Intellectuel des « inutiles » (qu’il aime désigner par le vocable « Gilets Jaunes », ils apprécieront…) , est non seulement insultante, mais totalement invraisemblable, car enfin qui aurait intérêt à le faire ?

On préférera bien évidemment abattre ce capitalisme, et travailler de notre côté à une Intelligence Artificielle ayant d’autres objectifs, que l’asservissement d’une partie de la population.

Le futur technologique est donc aussi inquiétant que peut l’être le futur de l’Environnement. Cependant, cette intervention de Laurent Alexandre a le mérite de nous aider à comprendre que nous devons cesser d’encenser une technologie, du seul fait qu’elle est « nouvelle ». Il faut maintenant CHANGER DE REGARD, et comparer certaines de ces technologies aux PIRES IDÉOLOGIES DU PASSE, car l’Humanité ne peut pas avoir vaincu le nazisme en 1945, pour se résigner maintenant à une domination encore plus terrible, celle de machines, ou d’hommes-machine. Or un courant de pensée qui vise à l’émergence d’une nouvelle catégorie d’Hommes (le transhumanisme), ou qui consent à l’avènement d’une intelligence artificielle pouvant s’immiscer dans toutes les séquences de notre vie, soit pour nous influencer, pour nous diriger, ou même nous protéger, SERAIT ASSURÉMENT un nouveau type de TOTALITARISME, et il devrait donc être combattu avec la même détermination.

Ce qui ne veut pas dire qu’il faut condamner toute l’Intelligence artificielle, car d’une part, c’est elle qui nous donnera des armes pour nous défendre, et ensuite l’IA peut nous apporter beaucoup dans la compréhension de la Nature, et notamment du climat, auquel on ne comprend pour l’instant pas grand chose.

Vincent Rey
findutravail.net

(1) La technologie de l’aviation, la maîtrise du ciel, était l’enjeu clé de la deuxième guerre mondiale, celui qui a décidé du sort de la guerre. La maîtrise des NBIC (Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) donnera aux pays ou aux oligarchies qui s’en serviront un ascendant incontestable sur la maîtrise du monde.

Cachez ce capitalisme publicitaire que je ne saurais voir (1) : égalité homme-femme

C’est la même hypocrisie, de laisser croire qu’on peut faire progresser l’environnement, en inondant les chaînes de télévision de publicité pour les SUVs, que de faire croire qu’on peut faire progresser l’égalité HOMME-FEMME, en tolérant ce genre de publicité.

Exif_JPEG_420

Une femme « duty free » ? (libre de devoirs), un pur objet de consommation, comme tous les autres objets sortis du coffre! Comment Marlène Chiappa compte-t-elle faire progresser l’égalité Homme-Femme, en laissant au marché le droit de propager des valeurs aussi nocives ?

CI-dessous par comparaison, une publicité du début du 20ème siècle ? Elle aurait progressé, la condition de la Femme ?

Exif_JPEG_420

Vincent Rey
findutravail.net

Etudier l’influence avec le big data, quelle bonne idée !

Le 13 août dernier sur le blog du Monde paraissait un billet relatant une étude parue dans Nature Communication, faite par 3 chercheurs.

Emmanuel Vincent, l’un des 3 chercheurs, explique ce qu’ils ont voulu faire : «Nous voulions quantifier la visibilité dans les médias des négateurs de la science du climat d’un côté et des scientifiques de l’autre, afin de vérifier la surreprésentation possible des uns ou des autres»

Et qu’ont-ils trouvé ? une surreprésentation dans la presse anglo-saxone des « négateurs de la science »(1).

Mais ils se sont trompés de sujet d’étude ! Car qu’est ce qu’il serait utile de faire avec une démarche « big-data », si on veut s’intéresser au CO² ?

Une chose nettement plus utile serait de comparer :

– l’ESPACE MÉDIATIQUE CONSACRE A ENCOURAGER LA CONSOMMATION DE PRODUITS ET SERVICES ENTRAÎNANT UNE EMISSION DE CO²
avec
– l’ESPACE MÉDIATIQUE CONSACRE A DISSUADER LA CONSOMMATION DES MEMES PRODUITS !

Et alors là, on aurait vu à coup sûr l’écrasante domination du premier dans les médias !

C’est donc une très bonne idée de s’intéresser à l’INFLUENCE en matière d’environnement. Mais encore faut-il s’intéresser à ce qui a vraiment de l’influence pour les émissions de CO² !

L’avis de savants, qu’ils soient climato-sceptiques ou non pèse si peu dans le budget co² de la planète ! Leur respiration tout au plus…!

La bataille de l’information doit commencer.

(1) « Négateur de la science du climat » : pourquoi avoir choisi ce terme plutôt que « climato-sceptique » ? cela n’augure pas tellement de l’impartialité de l’étude.

Vincent Rey
findutravail.net

Laurent Alexandre et le transhumanisme

A voir absolument, cette table ronde, devant des élèves de Polytechnique, en particulier les propos de Laurent Alexandre.
« A l’ère du capitalisme cognitif, la démocratie ne peut pas survivre si nous maintenons des inégalités intellectuelles aussi fortes qu’aujourd’hui », dit-il…s’il a raison sur ce point, alors il est urgent de reprendre le contrôle collectif de l’innovation.

On peut critiquer sa présentation sociologique outrancière et très choquante, notamment la catégorie sociologique d' »inutiles » dans laquelle il range les « Gilets Jaunes », mais donnons lui l’excuse de vouloir secouer son auditoire, pour montrer l’urgence de porter un regard lucide sur le transhumanisme, et la REVOLUTION ETIQUE QU’IL VA IMPOSER. A condition d’en parler, et vite !

Je ne sais pas quoi en penser encore. C’est évident que c’est un cataclysme qui va nous tomber dessus, dans un très proche avenir, et que nous ne pouvons pas espérer êtres seuls à rester isolés de ces technologies. D’un autre côté, c’est la fin de la vie telle que nous la connaissons, et une vie rebutante à de multiples aspects.

Un des aspects particulièrement rebutant concerne notre libre-arbitre. Un homme, tel que nous le connaissons, se construit en partie aussi à partir de ses erreurs, de ses échecs, de sa souffrance. Qu’adviendra-t-il de l’homme tel que nous le connaissons, si une intelligence supérieure à nous même, nous empêche de tomber, de faire des erreurs, prévoyant tout avant nous, en toutes circonstances. Et comment accepter de confier notre chemin dans n’importe quel domaine à l’IA, en sachant par avance que c’est le meilleur chemin, mais sans avoir une chance de comprendre POURQUOI. Il y a dans ceci, quelque chose qui révolte les athées, car c’est ni plus ni point la création prochaine d’un Dieu.

Oui, je crois que pour ma part, je refuse « Homo Deus ». Non pas parce qu’il risquerait de se tromper, mais parce que sa vérité me dépasse, et qu’en me dépassant, il me fait abandonner ma condition d’Homme, ma liberté d’homme, qui est de réussir mais aussi d’échouer, de gravir mais aussi de chuter…etc. Sans cette possibilité, que resterait-il d’un Homme ? L’Homme augmenté, l’IA forte, c’est la fin de l’Homme libre(1).

(1) Dans « La Mort en Direct » de Tavernier, le personnage augmenté (oeil caméra, invisible) joué par Harvey Keitel, ressent à la fin cet immense dégoût, celui de ne plus être un homme. Tavernier en parle ici

Le soutien inconditionnel de Paul Jorion à Greta Thunberg

J’avais au départ l’intention d’envoyer ma question à Paul Jorion autrement, après avoir vu la fin de cette vidéo. Mais comme je crois qu’il ne veut plus échanger avec moi, suite à notre dispute sur ce billet, je pose la question ici :

« M Jorion,

Vous est-il jamais venu à l’idée qu’un jour, Greta Thunberg devenue adulte, deviendrait une égérie de l’environnement, entraînant derrière elle toutes sortes de gens qui prendront son message  « I want you to panic » au premier degré, en cherchant des coupables ? Vers quelles nouvelles violences et quelles nouvelles illusions irions-nous alors ? »

Est-ce que nous devons oublier l’énorme espoir suscité par la révolution bolchevique, puis la façon dont certains fanatiques ou dictateurs ont dévoyé tout le projet ? L’urgence écologique ne devrait-elle pas nous inciter au contraire, à être un peu circonspects, pour éviter de retomber dans les mêmes dérives ?

Le combat de Greta Thunberg est juste, puisqu’il s’agit de « remuer » les décideurs publics, pour qu’ils intègrent enfin la défense de l’environnement dans leur critères de décision. On notera cependant, qu’elle ne tente pas encore de « remuer » les décideurs privés. Et donc je la soutiens, mais de là à la suivre aveuglément dans tout ce qu’elle entreprendra dans le futur, je trouve raisonnable d’attendre de voir quelle proposition politique s’attachera à sa personne, dans quelques années.

Vincent Rey
findutravail.net