Laurent Alexandre, lanceur d’alerte, ou promoteur d’un transhumanisme européen ?

On ne sait que penser de Laurent Alexandre. Est-il un promoteur du transhumanisme, qui appelle désespérément à ce qu’on consacre les même moyens que les GAFAM à ces technologies ? Ou bien est-il un lanceur l’alerte cynique et provocant, nous alertant sur la venue d’un « nazisme technologique », sous la forme d’ « ubermenschen » vivant 1000 ans, régnant sur une plèbe qui aura trop tardé à le comprendre pour s’y opposer à temps ?

Son message principal est le suivant : « A l’ère du capitalisme cognitif, la démocratie ne peut pas survivre si nous maintenons des inégalités intellectuelles aussi fortes qu’aujourd’hui »… Que veut-il dire exactement par « la démocratie ne peut pas survivre », en quoi ces technologies pourraient-elle menacer notre système politique ? Parlerait-il par hasard d’Egalité ? L’Egalité ne pourrait pas survivre ? Veut-il dire par là, que ces transhumains constitueraient alors une nouvelle noblesse, tandis que le peuple devenu inutile, retrouverait l’état de servage ?

On peut critiquer l’utilisation qu’il fait des « Gilets Jaunes » dans sa démonstration, mais donnons lui pour le moment l’excuse de vouloir « secouer » son auditoire, pour montrer l’URGENCE qu’il y a de porter un regard lucide sur le transhumanisme, et la RÉVOLUTION ÉTIQUE qu’il va inévitablement imposer.

J. Alexandre marque un point lorsqu’il dit que dans le contexte capitaliste qui est le nôtre, l’émergence de ces technologies destinées à améliorer l’Homme n’est pas une bonne nouvelle, et que nous devrons peut-être nous y opposer militairement, comme il l’évoque à un moment de son intervention. C’est un « tsunami » technologique qui va nous tomber dessus, une contre-révolution high-tech et insidieuse qui ne nous laissera aucune chance, si nous la laissons progresser.

Une chose difficile à réaliser pour le « commun des mortels » d’aujourd’hui, est que si l’on avait voulu s’opposer au chemin de fer en 1830, il était facile de détruire les rails, pour mettre ainsi fin au projet. Pour contrer l’existence d’hommes « augmentés » possiblement dépourvus d’une existence physique matérielle localisée, cela peut devenir difficile, voire impossible pour un Etat ne disposant pas des mêmes technologies (1). On se donne l’impression de confondre la vraie vie avec les pires films de science fiction quand on évoque ces sujets (Elysium, ou Terminator), mais ces technologies progressent très vite aux USA et en Chine. D’ores et déjà, comme l’évoque Paul Jorion dans cette vidéo, l’intelligence artificielle est utilisée en Chine pour « améliorer » les petits chinois, en optimisant leur processus d’assimilation. Qu’en sera-t-il alors dans quelques dizaines d’années ? Et l’Europe, comme le dit L. Alexandre, reste aux abonnés absents…

Ce n’est peut-être pas une mauvaise chose, car dans le contexte de « capitalisme cognitif » qu’il évoque, on sait déjà qui détient les capitaux en mesure de financer ces technologies. Et à voir la violence avec laquelle l’oligarchie française (par l’intermédiaire de son bras armé, E. Macron et son gouvernement) a réprimé la révolte des Gilets Jaunes, on aurait certainement tout à craindre de technologies, accroissant encore la domination de cette oligarchie. Dans cette perspective, un capitalisme transhumaniste serait certainement pire qu’un transhumanisme d’Etat à la chinoise (J’ai l’impression en écrivant ces lignes que je délire complètement, mais non !). Et la proposition grotesque de J. Alexandre (est-il sérieux ?) d’ « augmenter » le Quotient Intellectuel des « inutiles » (qu’il aime désigner par le vocable « Gilets Jaunes », ils apprécieront…) , est non seulement insultante, mais totalement invraisemblable, car enfin qui aurait intérêt à le faire ?

On préférera bien évidemment abattre ce capitalisme, et travailler de notre côté à une Intelligence Artificielle ayant d’autres objectifs, que l’asservissement d’une partie de la population.

Le futur technologique est donc aussi inquiétant que peut l’être le futur de l’Environnement. Cependant, cette intervention de Laurent Alexandre a le mérite de nous aider à comprendre que nous devons cesser d’encenser une technologie, du seul fait qu’elle est « nouvelle ». Il faut maintenant CHANGER DE REGARD, et comparer certaines de ces technologies aux PIRES IDÉOLOGIES DU PASSE, car l’Humanité ne peut pas avoir vaincu le nazisme en 1945, pour se résigner maintenant à une domination encore plus terrible, celle de machines, ou d’hommes-machine. Or un courant de pensée qui vise à l’émergence d’une nouvelle catégorie d’Hommes (le transhumanisme), ou qui consent à l’avènement d’une intelligence artificielle pouvant s’immiscer dans toutes les séquences de notre vie, soit pour nous influencer, pour nous diriger, ou même nous protéger, SERAIT ASSURÉMENT un nouveau type de TOTALITARISME, et il devrait donc être combattu avec la même détermination.

Ce qui ne veut pas dire qu’il faut condamner toute l’Intelligence artificielle, car d’une part, c’est elle qui nous donnera des armes pour nous défendre, et ensuite l’IA peut nous apporter beaucoup dans la compréhension de la Nature, et notamment du climat, auquel on ne comprend pour l’instant pas grand chose.

Vincent Rey
findutravail.net

(1) La technologie de l’aviation, la maîtrise du ciel, était l’enjeu clé de la deuxième guerre mondiale, celui qui a décidé du sort de la guerre. La maîtrise des NBIC (Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) donnera aux pays ou aux oligarchies qui s’en serviront un ascendant incontestable sur la maîtrise du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *