Une ébauche de programme pour les Gilets Jaunes, et les autres contestataires de ce capitalisme mortifère

Fiscalité : abandon des paris financiers, et réglage des prélèvements pour assurer indépendamment de la conjoncture, le financement de la gratuité sur l’essentiel (nourriture, soins, logements, réseaux)

Culture : suppression de la publicité sur les médias de masse (financement des médias : on se débrouille autrement, avec les 140 milliards/an – voir ci-dessous – , on a de la marge..)

Energie : abandon du nucléaire « pressurisé » au profit des énergies renouvelables, soutenues par un nucléaire à combustible liquide au Thorium, sans déchets de plus de 300 ans (expérimenté dans les années 60 par A. Weinberg). Passage au tout électrique, et abandon total des énergies fossiles.

Transports : TVA différentiée sur les moyens de transports, en fonction de leur consommation d’énergie, de leur poids, et de leur puissance, taux de tva différents décidés en concertation. Politique fiscale vis-à vis des moyens de transport, extensible à tous les produits de consommation, en fonction de leur impact environnemental.

Agriculture : passage à l’économie mixte, de sorte à faire entrer les enjeux environnementaux défendus par le public, dans les moyens de production. Produits agricoles non concurrentiels ? On les aide à le devenir, par un surcroît de tva sur les produits importés, non conformes à nos standards environnementaux. (protectionnisme ou écologie ? il faut choisir…on ne fera pas d’écologie en pouvant tout importer…)

Budget : fin des 140 milliards/an de subvention aux entreprises (la moitié du PIB de 1973), transfert du tout vers la gratuité sur l’essentiel, et une véritable politique industrielle, décidée en concertation. Le chômage grimpe ? On s’en fiche, de toute façons, le travail disparaissant inéluctablement, on ne fait que reculer pour mieux sauter dans la gratuité. Inutile donc de continuer à subventionner les emplois. On en profite également pour mettre fin aux « jobs à la cons », gaspillant inutilement du temps et des ressources.

Technologie, recherche : on fonce dans tout ce qui est alternatif et intéressant, sans aucun égard pour les profits des uns ou des autres, une fois la gratuité sur l’essentiel assurée.

Forcément, ça décoiffe un peu, mais on est pas obligé de tout faire du jour au lendemain. Ce serait peut-être plus à la hauteur non ? M Jorion un commentaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *