Les Gilets Jaunes – intégrés au paysage du capitalisme publicitaire

LES GILETS JAUNES – INTEGRES AU PAYSAGE DU CAPITALISME PUBLICITAIRE

(ce préambule indique mes propres périodes de censure* : du 30/04 au 03/05/2019, du 23/05 au 27/05/2019…à quand la prochaine M Zuckerberg ? c’est rémunéré ?)

Les gilets jaunes sont maintenant intégrés au paysage. Étonnant de voir que 25000 personnes* étaient dans la rue samedi dernier, et que le dimanche matin, on n’en a pas dit un mot au journal de 7h sur France Inter.

Pour le monde de l’information, il en est des Gilets Jaunes comme du terrorisme. Depuis le Bataclan, un acte terroriste terrifiant (une voiture qui se lance dans une salle de restaurant par exemple) ne représente plus une information pour certains journalistes. Et si l’auteur n’est pas islamiste, on dit volontiers que « c’est l’acte d’un déséquilibré », et on passe à autre chose. Et pourtant de tels actes sont des actes terroristes au plus pur sens du terme, c’est à dire destinés à inspirer de la terreur. De plus, qui a dit que les terroristes, islamistes ou non, devaient être parfaitement équilibrés, pour être qualifiés de terroristes !?

Les Gilets Jaunes c’est un peu la même chose. Ces manifestations ne font plus la une des journaux. On est entré dans la routine. La contestation a été intégrée dans le paysage « normal » du capitalisme publicitaire, avec quantité d’autres maux qui ont autrefois suivi le même chemin : la dégradation sociale de certaines banlieues, le chômage de masse, le suicide des policiers et des paysans… Et maintenant les Gilets Jaunes sont une partie de la population, que les médias négligent à leur tour, des gens jugés un peu fous, qui ne connaissent pas le bonheur qu’ils ont. C’est quelque chose de normal pour les médias, qu’il y ait une part de « contestataires fous » dans la population. Donc on passe à autre chose…

Il en est de l’information comme du reste : le décalage seul importe. Si 100 Rhana Plazza s’effondrent tous les jours, un de plus ou un de moins…ce n’est plus une info.

* selon les GJ, mais probablement au moins 10000 après 6 mois+ de contestation

Vincent Rey, findutravail.net

* CENSURE SUR FACEBOOK ? : chacun peut vous dire « vous n’êtes pas censuré, puisque je peux lire ce que vous écrivez ». Certes, mais si vous pouvez lire ce que j’écris une fois sur 2 ? Ou si vous pouvez lire ce que j’écris 5 jours plus tard ? Ou si de prétendus bugs de l’interface, vous empêchent de livrer votre opinion ? Il se trouve que j’ai fait un peu de programmation moi aussi, et M Zuckerberg ne me fera pas prendre pour un bug, ce qui n’en est pas un.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *