Tout est profond chez le président Macron

Cet article pourtant anodin, et dépourvu de toute insulte, m’a valu une censure totale sur Facebook du 30 avril au 3 mai inclu.

Tout est « profond « chez le président Macron, il « pense profondément », il « croit profondément », il « considère profondément », il « regrette profondément »…je suis sûr qu’il « marche profondément », qu’il « dort profondément », qu’il « nage profondément »…qu’il…qu’il…bon. Un peu répétitif de dire « profondément » tout le temps comme ça.
Il nous ENFUME profondément, ça c’est sûr, avec ses baisses d’impôts. La vraie réforme fiscale, serait celle qui consisterait à mettre fin à la régressivité de l’impôt pour les revenus supérieurs à 10000 euros par mois, tel que le propose Thomas Piketty (voir revolution-fiscale.fr).


Quant à ces pathétiques tentatives de faire croire qu’il a de l’empathie pour les modestes, il faut être acteur pour jouer la comédie, et pas un acteur amateur…un exercice difficile, lorsque de surcroît, on laisse les LBD40 dans les mains de la BAC, et que les tirs aux visages perdurent dans les manifestations. Ses longs silences, ses regrets simulés, ne suffiront pas à faire oublier les mutilations de jeunes femmes, ou le bastonnage criminel de Mehdi K et cachent maladroitement son mépris pour les classes populaires.


Une explication sincère de ce qui ne marche pas dans le capitalisme n’était pas au rendez-vous hier, malgré 5 mois de réflexion. Ces 5 mois ont au contraire révélé ce qu’ est vraiment Emmanuel Macron : un maillon de ce « capitalisme de connivence » (tentative de vendre ADP, de la FDJ, des barrages en pleine crise des Gilets Jaunes).
Aussi je me permettrais de dire que notre président, pour qui j’ai pourtant voté faute de mieux, m’est désormais profondément antipathique.

Vincent Rey
findutravail .net

Ou est passé l’argent ?

Nombreux sont les Gilets Jaunes incrédules, qui se demandent pourquoi le PIB s’étant multiplié par 10 depuis 1973 (1), il n’y a plus d’argent pour rien, notamment pour les services publics, toujours trop dispendieux pour nos élus, alors que le taux global de prélèvement avoisine les 50%, pour la plus grande part de la population.

Sur le site de l’INSEE on trouve ce graphique (0), qui représente la structure de la dépense publique de 2016. 3 colonnes :
– à gauche l’Etat (administrations centrales)
– au centre les Collectivités locales (régions, communes, départements…)
– à droite la Sécurité Sociale (retraites, maladie, allocations familiales…)

Et voilà OU EST PASSE L’ARGENT : DANS LE ROSE DES DEUX PREMIÈRES COLONNES : PLUS DE 170 MILLIARDS DE SUBVENTIONS PAR AN AUX ENTREPRISES (Le Ministre de l’Action et des Comptes Publics, Gérard Darmanin a d’ailleurs reconnu la réalité de cette dépense, qu’il a estimée lui à 140 milliards!(2)).

Autrement dit, le problème ce n’est pas l’Europe, contrairement à ce que beaucoup de Gilets Jaunes croient.

Le problème, c’est que le capitalisme est arrivé à un niveau de productivité tel, que l’activité humaine est devenue rare. Si rare, que ces grands acteurs du capitalisme sont en situation de force contre les Etats, pour que chacun d’eux lui propose des aides en échange de cette activité, et tout particulièrement dans des anciens pays industriels comme la France ou l’Angleterre.

Nous (les contribuables), subventionnons donc le capitalisme à hauteur de 170 milliards d’euros par an, soit plus de 50% du PIB de 1973 !

Jusqu’à quel niveau de subvention sommes nous prêts à aller ? Jusqu’au stade où, pour obtenir un euro d’activité privée, il faudra en investir 9 d’argent public ?

(0) La totalité de l’article de l’INSEE : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303536?sommaire=3353488

(1) PIB de 1973 : 260 milliards de $. PIB de 2016 : 2765 milliards $. (10.6 fois plus) (https://data.oecd.org/fr/gdp/produit-interieur-brut-pib.htm)

(2) Voir cet article du Monde, évoquant la déclaration de G Darmanin

Vincent Rey
findutravail.net

MEDIAS DE LARGE AUDIENCE, POURQUOI NE MONTREZ-VOUS JAMAIS CETTE VIDÉO ?

Mehdi K a été copieusement tabassé par la police le premier décembre devant la boutique « Ligne Roset », 49 rue de Berri. Il ne s’est pas reconnu sur une deuxième vidéo d’arrestation devant le même magasin…et pour cause, il n’avait ni sac-à-dos ni bonnet, et c’est l’arrestation d’un autre homme de type européen !

MAIS C’EST BIEN LUI SUR CELLE-CI !

Est ce que c’est pour ne pas heurter les enfants, qui doivent ignorer le niveau de violence du capitalo-fascisme ?

Vincent Rey
findutravail .net

RUPTURE D’ESPOIR DANS LE CAPITALISME

Finalement, quelle est la véritable cause du mouvement des Gilets Jaunes ? C’est la rupture de l’ESPOIR.

Lorsque les gens ne voient plus d’issue dans leur vie, et c’est sans doute une chose profondément ancrée dans le cerveau humain, que les premiers hommes ont ressentie bien avant nous exactement de la même manière, alors ils partent en quête de quelque chose de nouveau, et l’aventure ne leur fait plus peur.

Tels sont aujourd’hui les Gilets Jaunes.

Exposés au capitalisme financier, ils ont d’abord cru ce qu’on leur disait, que c’était un bon chien obéissant.

Une fois, ils lui ont vu de la bave aux lèvres, mais le Président leur a dit « Gardez confiance ! des Amazon, des Facebook, il y en aura beaucoup d’autre, de la croissance, et des milliers d’emplois ! ».., la bête vous veut du bien ! elle vous obéit toujours !…

Mais le loup enragé les mutile, il les affame, il les épie de son œil torve…

Maintenant, ils en sont persuadés, la bête enragée, un jour, aura leur peau…Ils veulent maintenant terrasser l’animal, et lui faire rendre gorge.

NE RIEN QUÉMANDER, EXIGER LA JUSTICE

« Le travail du Président de la République, c’est d’assurer une vie décente à ses citoyens »

Voila une phrase qu’on entend souvent dans la bouche des Gilets Jaunes, et qu’ils devraient s’ABSTENIR DE PRONONCER.

D’une part parce que cela évoque une relation FILIALE entre le Président et les Gilets Jaunes, que pour ma part, je trouve impudique et déplacée.

Ensuite parce que les Gilets Jaunes ne réclament pas l’AUMONE AU PRESIDENT MACRON. Il réclament LA JUSTICE. Et personne, quelle que soit sa condition, ne doit quémander LA JUSTICE !

Voici ce qui est inscrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, article 23. C’est tout à fait clair.

Article 23 de la déclaration universelle des Droits de l’Homme

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.

3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.

4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Et donc peu importe que UBER vienne détruire des emplois de taxis, qu’AMAZON ait provoqué la faillite des libraires et des disquaires, qu’APPLE ou STARBUCKS ne paient pas d’impôt en France, que les usines se robotisent ou se délocalisent, que de nouveaux emplois soient créés ou non pour permettre aux gens de toucher un salaire, tout cela NE DOIT PAS ENTRER EN LIGNE DE COMPTE.

Le citoyen, en particulier lorsqu’il est précaire, a le DROIT D’EXIGER IMMÉDIATEMENT DE VIVRE DANS LA DIGNITÉ. Il n’y a rien à quémander, c’est SON DROIT, et l’Etat a donc le DEVOIR d’agencer les choses pour que ce droit soit respecté.

S’il faut donc, AJOURNER TOUT OU PARTIE DU REMBOURSEMENT ANNUEL DES 41 MILLIARDS PAR AN, que le contribuable reverse aux banques au titre des intérêts de la dette, cela ne doit pas être un tabou, en attendant que la situation s’améliore,

Et si la situation NE PEUT PAS S’AMÉLIORER, si le capitalisme financier en est à ce point, qu’il échappe au contrôle des Etats, si ce capitalisme tend à s’affranchir de sa FONCTION INITIALE, qui est de procurer au moins UNE VIE DIGNE A TOUS, alors le personnel politique doit ABANDONNER D’URGENCE CES INJONCTIONS SIMPLISTES, du style « C’est pas OPEN BAR les enfants », ou « je n’ai qu’à TRAVERSER LA RUE pour vous trouver un job », et s’activer dès aujourd’hui pour TROUVER des solutions nouvelles et radicales, capables de METTRE FIN A CETTE PERTE DE SOUVERAINETÉ. (Organiser la gratuité sur l’essentiel en Europe, telle que l’envisage Paul Jorion, par exemple).

Car n’est-il pas évident, au fur et à mesure que les semaines passent et que les actes des Gilets Jaunes se succèdent, que le peuple français dont on connait les antécédents en matière de Révolution, n’acceptera pas plus longtemps l’abandon de cette souveraineté ?

Vincent Rey
findutravail .net