APPEL AUX MEMBRES DU GOUVERNEMENT : DEMISSIONNEZ

La révolte des GILETS JAUNES dure maintenant depuis PLUS DE 4 MOIS, et chaque samedi, le nombre de blessés et de mutilés augmente, ce qui indique que nous sommes entrés dans un CERCLE VICIEUX DE RÉPRESSION ET DE REPRÉSAILLES, entre deux parties de moins en moins réconciliables, à mesure que le temps passe.

La continuation de ce processus nous mène INÉLUCTABLEMENT AU DÉCÈS D’UN MANIFESTANT OU D’UN POLICIER, ce qui DÉCHAÎNERA LES VIOLENCES.

Le temps est venu DE LA LUCIDITÉ. La démarche du ‘GRAND DÉBAT’, qu’on la juge bonne ou non, N’A PAS FONCTIONNÉ. Les Gilets Jaunes N’EN ATTENDENT RIEN. Ils estiment au contraire que le gouvernement essaie par cette démarche de GAGNER DU TEMPS pour échapper aux revendications. Le gouvernement serait de toutes façons bien incapable de formuler une quelconque proposition de nature à satisfaire la totalité des Gilets Jaunes.(*)

Il est encore temps DE FAIRE MACHINE ARRIÈRE, EN STOPPANT CE JUSQU’AU-BOUTISME PRÉSIDENTIEL, et cette STRATÉGIE DE L’ÉPUISEMENT du mouvement, dont on voit bien qu’elle ne MÈNE NULLE-PART.

Que vous en soyez navrés ou content, vous ne pouvez PAS IGNORER que nous sommes entrés dans une voie sans issue TRES DANGEREUSE. Aussi, pour ne pas cautionner des mutilations ou des morts futures, j’appelle TOUS LES MEMBRES DU GOUVERNEMENT, ministres ou secrétaires d’État A SE DÉSOLIDARISER DÈS AUJOURD’HUI DE L’ACTION DU PRÉSIDENT en apportant leur démission.

Seule cette démarche, peut vous exonérer de la responsabilité commune de la MAUVAISE GESTION DE LA CRISE, de la MAUVAISE ANALYSE d’E. Macron, et des morts qui en seront la conséquence directe.

Dites vous bien que ces morts auront un nom, et une histoire. Leur effet sera dévastateur. Démissionnez.

Vincent Rey

findutravail. net

(*) Il faudrait pour cela, imaginer une mesure globale capable d’apaiser significativement tous les précaires, quelle que soit leur condition (retraité, chômeur, travailleur pauvre, handicapé..) telle que la « gratuité sur l’essentiel » (3% du PIB, selon certaines études)

(*) photo : Mehdi K., 21 ans, interpellé et passé à tabac, samedi 1er décembre à Paris (rue de Berri)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *