Emmanuel Macron n’a pas de pouvoir, même s’il le fait croire

La dette n’est pas de 41 milliards, ce sont les intérêts annuels de la dette. A côté de ça, les 5 milliards de l’ISF…

Disparition des emplois industriels jusqu’en 2006, le graph de T. Méot. Courbe noire, échelle de droite, de 2,5 millions à 4,7 millions, soit 2.2 millions d’emplois perdus en équivalent temps plein entre 1973 et 2006.

 

Un moment de vérité, France Inter, le 7 janvier 2019

Un moment de vérité a eu lieu hier, lors de l’émission « Le Téléphone Sonne » du 7 janvier 2019, animée par Fabienne Sintes sur France Inter.
Le sujet de l’émission était « Les nouvelles sanctions sont-elles efficaces pour lutter contre le chômage ? ».

Tout à coup à 13:34 mn, moment de vérité : Philippe, conseiller pôle emploi appelle l’émission, et déballe calmement la réalité de la précarité. Il cite quelques chiffres :

– embauches en CDD = 87% des embauches en 2017
– 30% des embauches de 2017, c’est pour une seule journée
– Taux de rotation = comparaison des entrées et sorties de l’emploi sur un an : en 1993 29% de sorties, en 2017 96% de sorties

(Et tout ça alors qu’il y avait une croissance de 2.2% en 2017 !)

Le député Sylvain Maillard venu défendre sa réforme morigène alors le conseiller Pôle emploi « (..) si vous avez le moral dans les chaussettes comme vous venez de dire, je ne vois pas comment vous allez pleinement pouvoir aider les personnes en face de vous (..) » (en Union soviétique aussi, on disait aux gens qu’il fallait y croire)

On voit bien l’idéologie qui sous-tend cette remarque de Maillard, et qui se résume à ces quelques mots : « chômeurs et précaires, faut vous sortir les doigts.. ».

Le député n’en est pas à sa première ânerie. Après avoir été sévèrement critiqué en février 2018, pour avoir affirmé que « l’immense majorité » des sans-abris dorment dans la rue « par choix » (500 morts dans la rue recensés chaque année), il vient de répéter en janvier 2019 au Huffington Post que la majorité des SDF sont à la rue « par choix »! M Maillard a en outre soutenu la candidature au perchoir de M Ferrand, malgré toutes ses casseroles. (Décidément, quelle belle équipe que cette « République En Marche » !)

Une intelligence brillante, un véritable champion que les gilets jaunes pourront mettre en bout de table, s’ils organisent un jour un dîner de c…

Crédit : AFP PHOTO / CHARLY TRIBALLEAU

« Tout n’est pas noir comme nous venons de l’entendre », ajoute ensuite M Maillard. Puis il regrette après le dernier témoignage poignant d’un chômeur diplômé, « qu’il n’y a pas assez de CDI ». Mais ça tout le monde le savait, non ?

Cette tête de « champion » a raison…tout n’est pas noir, maintenant c’est jaune…!