Un monde en décomposition rapide…

Ce matin, alors que j’écoutais la matinale de France Inter, la décomposition rapide de notre société m’a sauté aux yeux. Jugez plutôt :

8h20 Xavier Bertrand, s’insurgeant contre le cynisme de l’Etat, refusant d’aider des entreprises industrielles high-tec dans les Hauts de France, s’insurgeant contre l’hégémonie économique des gafas…8h30 : déprimante revue de presse de Claude Askolovitch, intitulée « nous vivons le temps des voleurs », répertoriant toutes sortes d’attaques, migrants albanais contre des lycéens, pompiers agressés en intervention, gazage de routiers pour voler de l’essence…8h45 chronique sur le succès mondial de « fortnite », un jeu gratuit pour Androïd aux couleurs acidulées, où il n’est question que de s’entre-tuer, et où d’étranges petites danses (payantes !) ponctuent les assassinats virtuel en tirant dans le dos …8h50 Nicole Ferroni, évoquant la nomination imminente de Richard Ferrand, au « perchoir », alors qu’il est de notoriété publique qu’il s’est honteusement servi de sa position pour enrichir sa famille…8h55 une publicité pour Citroën, qui essaie de nous vendre comme une technologie nouvelle, les moteurs à la nouvelle norme européenne…eurosys.2 ou je ne sais quoi.

Ne la voyez-vous pas la décomposition sociale ? Qui veut encore croire que le capitalisme nous mène vers le progrès ?

Vincent Rey, 12 septembre 2018

0Shares

Une réflexion sur « Un monde en décomposition rapide… »

  1. J’ai bien apprécié Xavier Bertrand, ses différentes protestations sur le sort fait par le gouvernement m’ont parue juste, en particulier quand il dit que ce sont les départements les plus pauvres qui ont le plus de RMI à leur charge alors qu’ils ont le moins de redistribution de l’état. Il est demandé le plus aux plus pauvres. Vive le libéralisme.

    Ce n’est pas parce qu’une personne n’est pas « classé » dans les normes intitulées « gauche » que je ne peux être en accord avec quelqu’un. Des « de gauche » me semblent bien plus loin de la réalité que Xavier Bertrand l’est. Toubon en est un autre exemple.

    Quant aux pubs sur FI c’est devenu insupportable, les pubs étant par définition toujours idiotes. Que FI en soit réduite à en faire est très indicatif de notre temps. Le libéralisme n’a pas l’air de perdre du terrain.

    Richard Ferrand est un autre exemple vivant : donnez plus aux plus favorisés.

    Quand Macron dit au sujet des pauvres « ça coûte un fric dingue » et autre « traverser la rue » il fait sa propagande mais sans succès : aucun président n’a été aussi bas à la même période de mandat.

    Je viens d’écouter la ministre Agnès Buzyn, d’abord j’ai pris le parti de ne pas l’écouter, puis il m’a semblé que ses propositions n’avaient pas l’air si nulles que ça, mais il faut que je vérifie car ces « gens-là » savent cacher la poussière sous le tapis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *