Faux assassinat du journaliste Babtchenko en Russie.

Le journaliste russe Babtchenko n’a donc pas été assassiné par les services secrets russe. On est content pour lui, mais stupéfait devant cette manipulation orchestrée par l’Etat ukrainien.

Cependant, on subodore que les journalistes russes et autres personnes réellement assassinées par le FSB russe sont nombreux(1), alors pourquoi tant de déclaration d’allégeance vis-à-vis de Vladimir Poutine et de la Russie ? Continuer la lecture de Faux assassinat du journaliste Babtchenko en Russie.

Encore combien de temps à ne pas voir le nez au milieu de la figure ? (bis)

L’Italie est en pleine illusion. Le nouveau gouvernement qui se prépare est déjà écartelé, entre ses extrémistes de gauche (mouvement 5 étoiles) et ses extrémistes de droite (la Ligue). Continuer la lecture de Encore combien de temps à ne pas voir le nez au milieu de la figure ? (bis)

Pour Jean-Marc Daniel, économiste à BFM, … la croissance ne crée plus l’emploi ! A LA BONNE HEURE !

Ce matin 11 mai 2018, on est stupéfait : avec quelle légèreté l’économiste Jean-Marc Daniel relativise l’idée que LA CROISSANCE CRÉE L’EMPLOI !!! (France Inter, interview par Marc Fauvelle, à 60% de l’enregistrement environ).

Cette « tarte à la crème » de l’économie, ressassée JOUR APRES JOUR PENDANT DES DIZAINES D’ANNÉES, par tous les économistes en vue de France et de Navarre, eh bien Jean Marc Daniel, vient de reconnaître à demi-mots QUE C’ÉTAIT FAUX ! Et comme ça, l’air de rien…un peu comme on met une lettre à la Poste…

ALORS IL N’Y AURAIT AUCUNE RESPONSABILITÉ DES ÉCONOMISTES, D’AVOIR COLPORTÉ CE BOBARD ? M DANIEL EST-IL CONSCIENT QUE QUAND ON SE TROMPE A CE POINT DANS UNE ENTREPRISE, ON EST VIRÉ ?!

Des dizaines d’économistes ont traité d’imbéciles tous ceux qui prétendaient le contraire ! Cette phrase « C’EST LA CROISSANCE QUI CRÉE L’EMPLOI » a été répétée sur tous les médias, plusieurs fois par jour, et reprise par les plus hautes instances politiques !! Et voila M Daniel qui réalise tout à coup que malgré un taux d’investissement de 24% et une croissance de 2% en 2017, l’économie française n’a pas créé d’emploi !

Faut-il rappeler que cet AXIOME CENTRAL DE LA SCIENCE ÉCONOMIQUE a justifié toutes les politiques de rigueur depuis 40 ans, la pression mise sur les salaires, toutes sortes de reculs sociaux, ainsi que des licenciements ?

LA CROISSANCE NE CRÉE PAS L’EMPLOI DONC, on en prend acte. Sans être économiste, je le savais déjà depuis longtemps (1). Malgré celà, la déculpabilisation des chômeurs et des travailleurs n’est pas pour demain. M Daniel affirme, citant les propos de Jean Bassères, Délégué Général de Pôle emploi, tenus devant le sénat, « qu’il faut oublier l’illusion qu’on a eu dans les années 1960-70 (2), que la croissance organisée par la politique économique permettait d’atteindre le plein emploi. On est dans une phase où on a besoin de modifier l’attitude générale des demandeurs d’emploi, et passer de logiques de simple savoir-faire, à des logiques de savoir-être ». Le chômage de masse, vous l’avez compris, c’est donc avant tout la faute des chômeurs eux-même…ces gens mal formés, qui ne savent pas « être »(3)

C’est formidable. A peine une première ânerie reconnue, le voilà qui en invente une seconde : imaginez-vous qu’une entreprises se retient de faire du bénéfice, au motif qu’elle ne trouve pas sur le marché de personnels assez formés ? Evidemment non ! Et donc s’il n’y a qu’un seul poste qualifié à pourvoir, l’employeur prend le candidat qui est le mieux formé, et c’est peut-être difficile, mais il n’y a pas 2 postes à pourvoir pour autant !

Cela me donne envie de paraphraser Michel Audiard… quand les économistes « à la noix » voleront en orbite, Jean Marc Daniel sera géostationnaire !

Bravo à Marc Fauvelle, pour sa magnifique interview, dont les questions et les interruptions très à propos, ont perçé à jour la supercherie de M Daniel !

Vincent Rey

(1) Courbe publiée sur le blog de Paul Jorion en octobre 2016.

Où l’on voit que malgré une croissance du PIB à peu près régulière entre 1% et 1.5% (sauf en 1993 et en 2008), la croissance du taux de chômage oscille elle entre 0.8 et 1.2 (soit entre -20% et +20%), outrepassant à maintes reprises et très largement la croissance du PIB. (Source des données INSEE, repris dans un tableau Excel disponible ici)

(2) Notez l’inertie de la prétendue science, 40 ans à se rendre compte d’une évidence.
(3) Un début de négation de leur existence ? des sous-hommes ? untermensch ?

L’île plate, lieu de quarantaine pour les réfugiés indiens

Exif_JPEG_420

Mon papa m’a demandé de lui peindre l’île plate, qu’il observait pensif depuis l’île Maurice, où il a passé sa jeunesse. L’île est aujourd’hui fréquentée par les Jetskis et les catamarans, mais les touristes en goguette ignorent certainement que ce fut jadis un lieu de quarantaine, pour des réfugiés indiens atteint du choléra, et qu’on y brûla des centaines de cadavres sur les plages.

Une histoire racontée par Le Clézio, dans « La quarantaine », et qui ne doit pas figurer sur les prospectus invitant à s’y rendre.

Elaine Herzberg, « faux positif » pour le robot UBER.

L’enquête avance, dans l’accident entre une voiture robotisée de Uber qui a causé la mort d’une piétonne nommée ELaine Herzberg, qui traversait la nuit en dehors d’un passage piéton. Elaine Herzberg a été analysée par le véhicule UBER comme un « faux positif ». Ses deux chaussures blanches ont bien été « vues » par le robot, mais considérées comme quelque chose de non humain, ne nécessitant pas d’intervenir. Dans un précédent article, je faisais part de mon scepticisme, devant d’une part, l’option d’expérimenter ces robots dans le monde réel, et d’autre part, devant l’obligation de vigilance imposée au « conducteur ».

Imaginez-vous à la place de la « conductrice » : vous devez poser les mains sur le volant, sans trop l’agripper, car la voiture se conduit toute seule, , mais SI un imprévu intervient ET SI vous sentez que le véhicule ne réagit pas comme il le devrait, ALORS vous devez agripper le volant, et prendre immédiatement (aussi rapidement qu’un conducteur normal) les bonnes décisions. Or une telle chose est impossible, pour 2 raisons :

Premièrement parce que cela implique une comparaison d’analyse homme/robot au début de la situation de danger. La conductrice, si elle avait été ingénieure, aurait pu imaginer par exemple que suite à un calcul, le robot ne freinait pas intentionnellement pour garder toute l’adhérence aux roues en effectuant un virage brutal. Cette comparaison homme/robot est peut-être possible dans un avion, où les décisions en l’absence d’obstacles dans l’air ne se prennent pas à la seconde. Mais elle prend trop de temps dans une voiture, et elle dépasse la capacité d’analyse d’un conducteur ordinaire, lorsqu’il est sur le point de percuter quelqu’un.

Deuxièmement, parce qu’on ne peut pas demander à quelqu’un d’être vigilant, en le plaçant dans une situation d’attente. En roulant la nuit, sur cette route déserte dans un véhicule automatisé prenant toutes les décisions, les ingénieurs de UBER ne pouvaient pas ignorer que la vigilance de la conductrice baisserait, et d’ailleurs cette baisse de vigilance était observable. Des situations d’attente comparables sont connues : on ne laisse pas par exemple, quelqu’un attendre un train trop près du quai, car on sait que cette attente le conduit immanquablement à distraire son attention. Il va par exemple prendre un livre, ou jouer avec son téléphone. C’était le cas, en effet, de la conductrice UBER, qui regardait ailleurs que devant elle au moment où Elaine Herzberg traversa soudainement la rue.

Une vie humaine pèse peu devant les énormes profits escomptés des robots voiture, estimés à 500 milliards de $, soit à peu près un quart du PIB de la France. Sinon pourquoi cet empressement à tester ces robots dans le monde réel ? Il faut d’ailleurs s’attendre à d’autres accident, si on continue à tester ces véhicules ainsi, car on sait aujourd’hui que les règles routières ne sont pas homogènes, et qu’il existe de plus des usages non écrits, qui diffèrent selon les zones géographiques. Et donc si ces robots n’ont pas d’autres possibilités que de tester un nombre infini de situations, ils doivent le faire dans des espaces virtuels, en consultant des bases de données, et non dans le monde réel. A la manière d’alpha-go zero, ce robot désormais imbattable par un humain au jeu de go, et qui s’est perfectionné en jouant contre lui-même.

Mon premier article sur Elaine Herzberg

article de industrie-techno, faisant le point sur la technologie