Bye Bye Facebook

Personnellement, je dois dire que je ne serai pas fâché de voir disparaître Facebook. Car c’est un espace censuré, pas seulement en ce qui concerne certaines images, (je me souviens en particulier de cet internaute, qui avait voulu afficher « l’origine du monde » de Courbet sur sa page facebook), mais aussi pour le texte.

Voici ce qui m’était arrivé : c’était aux alentours de 2012, et j’avais vu sur Arte un documentaire très intéressant sur la banque Goldman Sachs, montrant que la banque avait finalement décidé d’œuvrer contre ses clients, et comment elle infitrait les gouvernements européens . Et j’avais trouvé sur facebook un endroit plutôt pratique (à ceci près qu’il se complétait tout seul avec des items que je devais effacer) où l’on pouvait lister les films qu’on a bien aimés. Eh bien Facebook refusait que je partage avec mes « amis » un film intitulé « Goldman Sachs la banque qui dirige le monde » !

Stupéfait, je me mis à chercher pourquoi, à tester différentes variantes, et j’ai finalement réussi, en changeant le titre par « Galdman Socks, la banque qui dirige le monde », ou quelques chose dans le genre. En réitérant la manœuvre à plusieurs reprises, il se produisait toujours la même chose, et donc j’en ai conclu que Facebook censurait la phrase « Goldman Sachs », et sans le dire bien sûr.

Automatique ou pas, c’est de la censure. J’y ai peu remis les pieds depuis, et je ne risque pas d’y revenir, maintenant que le site s’est laissé pirater 50 millions de profils. Du coup j’ai oublié mon mot de passe, et après avoir tenté plusieurs  fois un mot de passe sans doute erronné, Facebook a supprimé toutes mon archive (quelques articles que j’avais mis en ligne, et toute la construction de mon profil).

Censure, gaspillage de mon temps, plus les faux amis, arnaqueurs en tout genre qui essaient de vous infiltrer pour faire du chantage…ça fait trop. Bye Bye Facebook, qui a mon avis, n’en a plus pour très longtemps.

 

Uber, ou comment se débarrasser de la « chair » du libéralisme ?

Ce 19 mars 2018 à Tempe (Arizona) un véhicule autonome Uber a renversé et tué une femme nommée  Elaine Herzberg, une mère de famille de 49 ans qui traversait imprudemment la rue avec son vélo la nuit. Qui était cette femme ? on trouve bien peu d’information sur elle, qui vient pourtant de donner sa vie, contre son gré, à la robotique en développement.

Une vidéo montrant l’intérieur et l’extérieur du véhicule autonome au moment du choc a été rendue publique par la police de Tempe. Elle semble montrer que la vigilance de la « conductrice » était relâchée. Mais comment ne le serait-elle pas, la nuit, dans un véhicule où il n’y a rien à faire ? (0).

Un porte parole d’Uber a déclaré ceci  : « Nos pensées vont à la famille de la victime. Nous coopérons pleinement avec les autorités locales dans leurs investigations de cet incident« (1).  Touchante compassion, de la part d’une entreprise qui ne cherche qu’à supprimer l’humain dans l’organisation de ses profits.

La mort de Elaine Herzberg est-elle un « incident » ? Le sens anglais de « incident » ressemble pourtant au sens français. Selon Wikipedia, il fait référence par exemple à quelque événement observable sur une courbe mathématique…Le mot « accident » (2) semblait donc plus juste en la circonstance, puisque l’encyclopédie en ligne le définit comme « une blessure ou une perte non-intentionnelle et non désirée, un événement malheureux et imprévu qui aurait pu être évité, si les circonstances l’ayant engendré avaient pu être reconnues, et évitées à temps. »

La survenue d’un vocabulaire tentant d’atténuer la gravité de l’accident, n’est pas un hasard. Lorsqu’une nouvelle technologie émerge, l’équilibre « naturel » qui s’établit dans l’opinion entre ses aspects positifs et négatifs, se trouve rapidement altéré par les intérêts en jeu. Il en fut ainsi de l’amiante, du pétrole, du plomb, et des réacteurs atomiques à eau pressurisée. On en a ici, semble-t-il, une nouvelle illustration avec les robots.

Car de toute évidence, ces voitures et ces camions autonomes ne sont pas au service de l’Humain, dont ils vont détruire les emplois par millions. Et même si les véhicules autonomes sauvent demain quelques vies sur la route,  combien d’autres vies seront rendues plus difficiles, par la disparition de ces emplois ?

Ne faut-il pas se poser la question en France, à l’heure ou le nombre de morts économiques(indigents morts dans la rue) atteint 14% du nombre de morts sur la route ?(3)

(0) Laisse-t-on par exemple, un homme attendre un train, assis sur le bord du quai ? C’est une situation d’accident comparable à celle de la conductrice du véhicule autonome. Un autre parallèle pourrait être fait avec un homme îvre, dont le temps de réaction serait extrêmement ralenti.

(1) propos originaux du porte parole de Uber : “Our hearts go out to the victim’s family, we are fully cooperating with local authorities in their investigation of this incident.”

(2) définition d’un accident par en.wikipedia.org : « An accident, also known as an unintentional injury, is an undesirable, incidental, and unplanned event that could have been prevented had circumstances leading up to the accident been recognized, and acted upon, prior to its occurrence ». 

(3)  510=14% de 3522  nombre de morts sur la route de sept 2016 et août 2017 : 3 522 comparé au  510 morts dans la rue en 2017

 

« le chauffeur peut disparaître sur un simple claquement de doigt ! »

Vincent Rey le 7 mars 2018

L’humour de François Lenglet, économiste en chef de France2  déclarant « le chauffeur peut disparaître sur un simple claquement de doigt ! » est décidément impayable !

Un claquement de doigt, qui pourrait bien être aussi sec que le claquement de la guillotine, si la technologie continue d’envoyer ainsi des milliers de gens au chômage (1), sans que cela fasse sourciller les économistes…

(1) 420 000 personnes employées dans le transport routier, selon la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR)

 

 

 

Législatives italiennes : ce « système » qu’on ne voit pas, comme le nez au milieu de la figure…

Vincent Rey, le 06 03 2018

Les italiens viennent à leur tour de donner une gifle (0) à « l’Establishment » italien », en donnant 56% des sièges de l’assemblée nationale à divers partis populistes, de gauche comme de droite.

Continuer la lecture de Législatives italiennes : ce « système » qu’on ne voit pas, comme le nez au milieu de la figure…

Pourquoi les contributeurs du blog de Paul Jorion, seront inévitablement dispersés « façon puzzle »

Vincent Rey, le 1 mars 2018

Le blog de Paul Jorion s’arrête. Tous ceux qui publiaient de temps à autre sur ce blog vont se retrouver dispersés, alors qu’ils avaient là un lieu, où ils pouvaient proposer leurs observations sur le monde, sous l’œil aiguisé du rédacteur en chef, prompt à démasquer toute exagération, toute idée fixe, toute métaphore abusive ou référence inappropriée…

Continuer la lecture de Pourquoi les contributeurs du blog de Paul Jorion, seront inévitablement dispersés « façon puzzle »