Quand chercher un emploi devient aussi difficile que de trouver un billet de 500 balles

Vincent Rey, billet publié initialement sur le blog de Paul Jorion, le 5 février 2017

On blâme volontiers en ce moment, les chômeurs qui ne cherchent pas VRAIMENT un emploi.

Cela m’amène 2 réflexions :

1 : lorsque trouver un emploi devient aussi hasardeux que de trouver un billet de 500 balles dans la rue, faut-il blâmer des gens qui ne cherchent pas ce billet de 500 balles ? personne n’a envie de perdre son temps à ce point. (1)

2 : quand bien même tous se battraient à mort pour trouver ce billet de 500 balles, il n’y en aurait malgré tout qu’un seul. (2)

(1) Les laids, à cet égard n’ont pas de chance : même s’ils parviennent au dernier stade d’un recrutement, celui ou il faut choisir entre 5 candidats ayant les mêmes aptitudes, le gros, ou celui qui a les oreilles décollées a moins de chance d’être choisi. Quel candidat veut bien parler des ségrégations générées par le chômage de masse ?

(2) Si les choses relèvent dans le meilleur des cas du hasard, il ne faut pas s’étonner que hasard pour hasard, on s’en remette plus volontiers au loto, poker, Kéno, ou loto sportif… Le chômage de masse contribue certainement à l’immense succès de la Française des jeux : 13.7 milliards d’euros de CA en 2015, et 159 millions d’euros de bénéfices, un chiffre à mettre en rapport avec le nombre de malades qu’il faut ensuite soigner, avant de le ranger dans le PIB. Mais voyez plutôt, en jouant sur cette cible, quelles sont vos chances de gagner au loto !


This movie requires Flash Player 9

0Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *