Apple et Samsung : lorsque la concurrence fait travailler des enfants.

Vincent Rey le 12 01 2018

On se souvient qu’Apple avait été accusé de faire travailler des enfants dans ses usines, il y a quelques années. Aujourd’hui c’est Samsung, qui est accusé de la même chose dans ses usines de Chine.

N’est ce pas là le parfait exemple de la nocivité  sociale et environnementale de la concurrence ? Apple et Samsung vendent tous deux des smartphones haut de gamme, ils sont en concurrence sur ce même marché, et cherchent donc à maximiser leurs profits.

On comprend que pour l’un comme pour l’autre, la main d’oeuvre adolescente dans des pays à bas salaires est la plus apte à apprendre les bons gestes, la plus docile aussi, et sans doute la moins chère.

Celui des deux qui ne le ferait pas diminuerait ses bénéfices, et risquerait de perdre des parts de marché. La même chose pour toutes les entreprises, pour tous les travailleurs, pour la pollution des rivières, de la mer, des terres, et de l’atmosphère…

Une constitution économique pourrait interdire le travail des enfants. Et alors tout le monde serait plus heureux : les enfants iraient à l’école, au lieu de fabriquer des téléphones. Des adultes les feraient à leur place, et Apple et Samsung resteraient à égalité sur leur marché. Le non respect des dispositions de  la constitution économique leur fermerait le marché national.

Compliqué ? Impossible ? En contradiction avec les traités européens ?

Si l’on prétend que de telles dispositions sont impossibles à prendre, cela révèle en fait notre résignation à l’immobilisme, et à tous les excès présents et futurs du capitalisme.

 

 

0Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *